Le futur de l’automobile va révolutionner notre manière de concevoir la conduite

Aux Etats-Unis, les premiers essais de voiture autonome ont été réalisés sur autoroute, parmi la circulation. Le conducteur ne s’occupe de rien, il ne touche même pas le volant. Cette autonomie du véhicule est rendue possible par l’installation de nombreux capteurs laser qui analysent l’environnement de la voiture et adaptent sa trajectoire et sa vitesse. Ce véhicule testé dans le Michigan n’est qu’un prototype mais la commercialisation des voitures semi-autonomes pour le grand public est prévue pour 2016. Tous les constructeurs travaillent sur des projets similaires : Audi, Volkswagen, BMW, GM, Mercedes-Benz, Volvo, Toyota… et même Google. Selon Libération, les constructeurs automobiles espèrent vendre un modèle sans conducteur d’ici deux ans.

Les avantages sont nombreux et l’un des moins négligeables est la sécurité. 90% des accidents auraient pour origine une erreur humaine. L’objectif affiché est donc ici la réduction du nombre de morts sur les routes. Ce serait également un moyen de rendre notre conduite plus écologique. Le régulateur de vitesses l’a déjà prouvé : stabiliser la vitesse permet de faire des économies de carburant et donc de limiter les émissions de gaz carbonique.  L’automatisation de la conduite devrait donc par définition mener à une consommation optimale de carburant. On peut aussi penser que cela permettrait à certaines catégories de personnes de pouvoir utiliser la voiture, en particulier les handicapés. Le reportage de France 2 du 14 janvier montre ainsi un aveugle au volant d’un de ces véhicules. Enfin, les constructeurs voudraient décharger les automobilistes de la partie « ennuyeuse » de la conduite, c’est-à-dire le stress, l’énervement et la fatigue. Ainsi, les premiers véhicules semi-autonomes seraient en particulier utiles lors des bouchons. De même, la recherche se focalise beaucoup sur l’automatisation des manœuvres, partie de la conduite qui demande le plus de doigté.

Mais déjà, des interrogations apparaissent : que restera-t-il du plaisir de la conduite ? Et de la liberté ? Car avec un véhicule « hyperconnecté » (selon l’expression lue dans un article du Monde), il sera aisé d’avoir accès à toutes les informations concernant le conducteur… Et puis, rendre les machines plus autonomes, n’est-ce pas rendre l’Homme plus dépendant ?

Sources :

JT 20h France 2 – 14/01/2013

http://www.lemonde.fr/vous/article/2013/01/24/demain-c-est-big-brother-qui-conduit_1822135_3238.html

http://www.liberation.fr/economie/2012/12/17/voitures-sans-chauffeur-elles-roulent-ou-se-garent-toutes-seules_867404

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: